Uncategorized

Eole… enfin !!

DSCF2590

Après miss Dahlia et miss Violette, Émilie de Dessine-moi un patron m’a à nouveau donné le privilège de tester Éole, la robe pour femme de sa collection été. Cet article aurait dû paraître beaucoup plus tôt, mais un virus très bizarre et vicieux qui n’a épargné -presque – personne à la maison, toutes les échéances de fin d’année, et je dois l’admettre, une totale désorganisation en ces derniers jours (oserais-je dire semaines ??) avant le départ en vacances familiales, ont eu raison de moi. Je profite de ces quelques jours de répit pour tout remettre à plat, et laisser derrière moi cette période un peu étrange où j’ai vraiment eu l’impression d’être une maman débordée. Mais parlons couture, voyons !

Tester un patron femme, c’est vraiment l’occasion de se faire plaisir ! Cette robe saharienne, revisitée avec de jolis détails, m’a beaucoup inspirée. Deux versions ont déjà vu le jour : une blouse manches longues en lin bleu de chez Tissus de rêve, en plus de la version robe en wax que je vous présente aujourd’hui !

Bien qu’Emilie classe cette robe dans un niveau de couture « avancé », le livret est tellement bien expliqué et illustré qu’il suffit de se laisser guider et d’être rigoureux, et tout s’enchaîne parfaitement – sans parler du pas à pas qui rend la chose carrément enfantine. Mais c’est toujours gratifiant de réussir un ouvrage de ce grade si bien fini, exploitant des techniques de coutures qui font progresser. L’encolure, avec son empiècement visible et sa parementure bien conçue donnent un rendu très propre. Les poignets chemise sont sans doute le point le plus délicat, mais les versions sont tellement multiples que le niveau de difficulté peut être choisi.

Visuellement, l’élément fort de la robe réside bien sûr dans les œillets. Aaaaaah les œillets ! C’est un jeu d’enfant… à condition que la pince Prym fonctionne !… Je me suis pris la tête, j’ai tempêté, ruiné je ne sais combien d’œillets, je me suis remise en question, j’ai paniqué, me suis découragée. Oui, je suivais bien les indications des tutos Prym, des mini-vidéos Instagram d’Emilie, mais rien n’y faisait. Finalement j’ai bien senti que quelque chose clochait dans mon outillage, et lors d’une après-midi avec une copine couturière j’ai eu la confirmation : un des éléments de mon kit (la pièce en métal bombé) était défectueux. Dès lors la pose a été très facile, en quelques minutes tous mes œillets étaient en place.

Pour cette version, j’ai sorti de mon stock un coupon de wax que je gardais précieusement depuis mon excursion, il y a quelques années déjà, dans les boutiques typiques de Château Rouge (une station de métro de Paris, juste au-dessus de Barbès), fief des Sapeurs et autres tailleurs africains. Une ambiance géniale où la petite blanche que je suis a bien fait rire les boutiquiers ! J’avais mis un temps fou à choisir deux de ces fameux coupons de « 6 yards » (environ 5,4m), laize étroite, fermés par d’élégants autocollants prouvant l’authenticité.

Le wax a l’avantage d’être un brin rigide, belle tenue, entretien facile, aspect froid mais confort absolu et style pointu. Il était parfait pour ce projet.

Comme on pouvait s’y attendre, j’y suis allée de mon petit ajout de passepoil. Rien de mieux pour éclairer et casser un peu ce riche motif.

DSCF2586

Je me suis appliquée pour le raccord de l’empiècement devant (mais juste pour celui-ci !…), en sorte qu’on ne le voit quasiment pas.

DSCF2616

J’étais très attachée aux fentes, discrètes et féminines, qui font toute la personnalité de la robe. Même si vous êtes pudiques, comme moi, n’hésitez pas : elles ne dévoilent rien, et je trouve qu’elles donnent une courbe à la robe, une liberté de mouvement beaucoup plus belles qu’avec des passants. La ceinture, ainsi posée, a un rôle à la fois esthétique, mais aussi pratique : elle fixe vraiment la robe à la bonne hauteur de taille, sans entraver les mouvements, mais sans avoir besoin non plus de la remettre en place en permanence (je ne sais pas vous mais ça m’arrive avec pas mal de robes ceinturées).

J’ai gardé la profondeur de décolleté, pour la double rangée d’œillets très visuelle ; je porte juste un débardeur fin en dessous. J’ai choisi une cordelette à fil doré trouvée au merveilleux corner « mercerie » de la braderie Des Petits Hauts.

DSCF2616

Voilà ce que j’aime dans le dressing que constitue petit à petit Émilie au fil de ses collections : des classiques au fort caractère, avec les détails qui affirment son sens du style impeccable et une appropriation entière. Eole ne déroge pas : féminité subtile, ligne élégante, style personnel.

Crash test de cette journée londonienne : le train anglais du Devon à la capitale, le  tub, la queue pour les « promming tickets » (places debout pour assister aux superbes concerts du festival des Proms), les km de marche dans Londres, les 3h de concert assis/debout (surtout debout !) au Royal Albert Hall : Eole jolie et moi avons traversé tout cela avec style et dans un confort appréciable !

Donc oui, c’est décidé, Éole, tu es ma robe de l’été !

DSCF2594

Merci Elisa pour le shooting londonien un peu improvisé et pour le séjour de rêve dans ton Devon si beau. 🙂

Sac 24h & 36h Gérard Darel – Ballerines Repetto – Lunettes de soleil Make my lemonade x Jimmy Fairly

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Eole… enfin !! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s