Uncategorized

Première composition

Et lorsque le chef de salle prononça la sentence tant attendue, ils retournèrent, fébriles, le feuillet qui venait de leur être distribué.

Gestes hâtifs ou faussement détachés, ils découvrirent tous que Ronsard présiderait pour une grande part à leur destinée.

L’air devint plus opaque, les bruits s’assourdirent.

Atmosphère densifiée par l’enjeu, feutrée de profondes réflexions.

Elle ne connaît pas plus François Rigolot que ce jeune homme à sa gauche, celui dont les chaussettes blanches tire-bouchonnent sur les Converses sombres. Celui qui s’inquiétait pour son brouillon et a fait sourire la fille à lunettes un peu plus loin. D’une moue attendrie d’habituée.

Sur les tables, autour, les effets personnels, périssables. Pas une semblable. Porte-bonheur, paracétamol, boisson à la taurine, friandises, ou rien. Chacun ménage son remède dans cette aire où chaque intention est sacralisée.

Serait-elle la première à partir ?

Les boules Quiès l’intriguent. Ces obstructeurs multicolores lui avaient toujours procuré une sorte de vertige ; effet perverti d’entendre le vacarme intérieur davantage que d’être coupée du monde. Ils représentaient un signe extérieur de sérieux, mais donnaient surtout un petit air ridicule, appareillé, à qui les chaussait.

Elle en était là de ses considérations futiles quand il fut question d’émargement. Ce cérémonial avait quelque chose de plaisant, ou plutôt de rassurant.

La jeune fille aux cheveux en bataille prenait déjà sa première pastille de Nicorette. Nerveusement. L’élégance de son stylo plume tranchait avec le reste de son accoutrement, désinvolte et négligé. Mais elle la savait angoissée, pour l’avoir croisée sur les bancs de la fac, dans une autre époque.

La plupart des visages connus n’avaient pas changé d’ailleurs.

Cette fille odeur de compost, toujours le même pas lourd, toujours les mêmes sourires moqueurs qui suivent sa progression vers les toilettes.

Deux rangs plus loin le même hijab, le même maintien orgueilleux que l’an passé.

Trop de visages connus. Si peu d’élus.

Et cette fille maigre, qui avait fait une colle catastrophique sur Théophile de Viau ; encore là.

Une petite foule de persévérants dont elle se sentait étrangère.

Il avait un air de la jeunesse d’Yves Saint Laurent, le garçon aux chaussettes. Orbites un peu en retrait, visage étroit, nez faussement discret. Brouillons soignés à en devenir suspects.

Qu’elles semblaient longues, à cette cigale, les deux heures trente réglementaires !

Un lundi matin d’agrégation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s